Lien entre le cerveau et le comportement (2)

Les lésions cérébrales dans l’évolution de la maladie d’Alzheimer sont irréversibles et conduisent à la destruction et la disparition  progressive des cellules nerveuses. Elles occasionnent des modifications importantes des capacités mentales, des capacités physiques, au niveau des émotions et de l’humeur, au niveau du comportement à tel point qu’il y a un changement observable de la personnalité chez la personne atteinte.

Par exemple, le lobe frontal est subdivisé en trois parties dont le cortex préfrontal, qui lui-même se subdivise également en trois parties. Le cortex préfrontal a de multiples connexions avec les nombreuses régions du cerveau  dont les aires sensorielles et le système limbique. Les troubles de la personnalité les plus fréquents sont l’apathie et l’inertie, incapacité à se mettre en marche ou entreprendre une action, à résoudre un problème (souvent source de frustration ou de gêne pour la personne atteinte). L’atteinte au niveau préfrontal enlève toute la flexibilité mentale, savoir la capacité à faire un choix. Nous distinguons également une humeur variant de l’euphorie à la dépression, une variation accrue de la distraction provoquant des difficultés attentionnelles; souvent les tâches sont contaminées par des stimuli venant de l’environnement proche.

Par ailleurs, lorsque le lobe pariétal est atteint nous distinguons plusieurs formes de praxies. L’apraxie de l’habillage résulte d’une atteinte de l’hémisphère droit de ce lobe dont la région postérieure est le lieu de convergence des informations visuelles, spatiales et motivationnelles. La personne peut contempler énigmatiquement son vêtement, le tourner et le retourner,, enfiler une manche après plusieurs essais et erreurs sans enfiler l’autre manche. La personne atteinte livrée à elle-même peut enfiler ses vêtements dans un ordre non conceptualisé et avoir un accoutrement inapproprié dont la solution est devenue insurmontable. L’hémisphère droit est aussi responsable de l’orientation spatiale. Avec une atteinte à cette région, la personne a de la difficulté à retrouver son chemin dans les endroits familiers Une atteinte à l’hémisphère gauche du lobe pariétal amène des difficultés dans la gestion quotidienne de ses affaires. Le calcul mental est déficient et la personne n’arrive plus à compter son argent, à payer ses factures ou de s’occuper de son compte en banque. Ces quelques exemples de comportement démontrent qu’accompagner une personne est exigeant.

 

Hebdo du St-Maurice, 10 décembre 2005

2018-02-23T14:49:24+00:00